Le jardin des pendarts

épilogue

La sauvegarde de la friche sauvage du Bon Pasteur est le résultat d’une lutte collective des habitants du quartier qui dure depuis maintenant 25 ans !

Il s’agissait au départ d’un petit jardin de quartier, qui sentait bon le parfum Croix-Roussien. Terrain de jeux d’enfances pour certains d’entre nous, au fond du jardin il y avait un théâtre. Ce local est abandonné, sans usage, depuis plus de 25 ans maintenant. La dernière utilisation officiel connue est celle d’une salle de spectacle, lieu d’art et d’exposition, gérée à l’époque par l’association « les effectifs de profils ». Certains d’entre nous ont eu la chance de participer aux activités de ce lieu emblématique du quartier. (grand jeux de piste chasse au trésors organisé sur toutes les pentes, invitation de Cie Royal de Luxe sur la place des tapis…). En 2015 nous avions repris contact avec Vincent Michaux l’un des instigateurs de ces forfaits artistiques.

En 1996 un premier projet immobilier est avorté grâce à un collectif d’habitants. Le promoteur s’’est casser les dents sur la fleur de béton qu’il portait à son veston. Nous remercions « Les chapeaux » d’avoir résisté!

En 2014, la ville rachète la dernière maison. Celle-ci est rapidement squattée par des jeunes, nouveaux arrivés dans le quartier. La maison est rebaptisée la « Ruche de la X Rousse », Il s’agissait d’y développer des activités culturelles, à prix libres, à destination des habitants du quartier. Pour retarder l’expulsion imminente de la maison, un groupe d’habitants s’est formé en soutien, et a ouvert le Jardin dit « Des Pendarts ». Expérience original, unique, plutôt réussie de jardin autogéré, un jardin pirate pour y faire des bêtises.

Des riverains retrouvaient le plaisir de planter et de mettre les mains dans la terre, le terrain commençait à produire ses premières récoltes… On se rappelle surtout de l’évacuation des jardiniers rebelles armés de radis, par 24 camions de CRS, bouclage du quartier, pose de grillages et mise sous surveillance des lieux par une compagnie de sécurité privée financée par les fonds public.

La ville décide de faire raser la maison. Les pirates devenus cul nu, se reconnectent alors avec l’histoire tellurique des pentes. Pour déclarer la commune libre de Lyon. L’esprit canut est de retour.

La commune de Lyon, avant garde de la commune de Paris..

Les artivistes extravagants se reconnectent avec l’histoire, pour reprendre racine dans le passé. C’est ainsi que le proverbe mexicain apparu dans le jardin reprend tout son sens : « ils ont voulu nous enterrer, ils ne savaient pas que nous étions des graines » On redécouvre La révolte des Canuts, insurrection ouvrière tout à fait insolite pour l’époque qui inspirera les grands mouvements de pensée sociale du XIXe siècle (Proudhon, Charles Fourier, Karl Marx, Mikhaïl Bakounine, Pierre Kropotkine. Lyon capital de l’anarchie. Le terreau était fertile.

Alors que l’on s’apprêtait à réoccuper le jardin ce mois de septembre, coup de théâtre, la ville de Lyon décide de préserver le jardin des pirates. Nous ne pouvons que saluer cette sage décision. Nous remercions les nouveaux élus à la ville de Lyon pour la préservation de cet îlot de verdure. Nous n’oublions pas le soutien de Nathalie Perrin Gilbert que nous remercions également ici. Nous avons gagné se combat collectif. Le jardin est sauvé, le terrain ne sera pas vendu, nous y resterons. Il s’agit aujourd’hui d’un terrain vague laissé en friche. Il va maintenant falloir redéfinir les usages possibles de ce terrain. En l’état, la parcelle représente 24 ans de végétalisation. Actuel poumon du quartier, paradis des rongeurs, chats, insectes, oiseaux… Faut il vraiment en faire quelque chose? Pourquoi ne pas garder cette friche sauvage !? Intervenir le moins possible, en tout cas dans cet espace où la nature a repris ses droits. En faire un « observatoire urbain de la biodiversité » ! Une sorte de musée du naturel…

Au fond du jardin, le théâtre est toujours là ! Un espace de 200 m2, abandonné depuis plus de 25 ans maintenant. Propriété de l’association la Pierre Angulaire, association qui gère la maison de retraite juste au-dessus. Le devenir de ce théâtre est aussi à questionner. Le théâtre, lieu de rencontres culturelles par et pour les habitants du quartier serait un atout majeur pour le jardin, il s’inscrit dans l’histoire naturelle du jardin et dans celle du quartier. A notre connaissance, selon la loi, ce théâtre ne peut pas être affecté par l’association la Pierre Angulaire à une autre activité que celle qui correspondait à son dernière usage connu, c’est à dire un lieu culturel, d’art et de spectacle. 

L’usage des bâtiments correspond à un élément de fait, relatif à ce à quoi un immeuble est utilisé. « En France, les salles de spectacle sont protégées par un régime juridique spécifique. La loi précise les dispositions relatives à la protection des salles de spectacle : aucune salle de spectacle publique spécialement aménagée de façon permanente ne pourra recevoir une autre affectation ou être démolie sans autorisation du ministère de la Culture. » L’application de l’ORDONNANCE de 1945, qui interdit tout changement d’affectation d’une salle de spectacle sans l’autorisation du ministère de la Culture, a permis de sauver le Lavoir Moderne Parisien (LMP).

Comment appellerons nous ce jardin ? Le nom « Jardin des Pendarts » peut rester attaché au jardin à vous d’en décider. Une autre appellation pourrait être, les Jardins du Mont Sauvage. Nous souhaiterions également que la montée Allouche reprenne son nom initial de Montée du Mont Sauvage.

Nous, gardiens historiques de ce jardin avons remis, ce 19 septembre 2020, de façon symbolique les clefs du jardin à la ville de Lyon qui semble prête à organiser des concertations avec les habitants sur le devenir de la parcelle. Notre mission s’arrête ici, nous resterons toutefois vigilant sur le devenir de ce lieu en espérant de vraies concertations ne se limitant pas à de simples boites à idées

Si nous prenons le temps d’écrire cette histoire c’est que nous espérons que cette expérience va essaimer sur tout le quartier et au delà. Il nous semble urgent aujourd’hui de repenser la ville et la vie en commun pour que le monde d’après ne soit jamais plus comme avant….

En 2015 nous avions convoqué une grande concertation citoyenne et festive qui avait réuni entre 300 et 400 personnes autour de l’idée d’une commune libre de la Croix-Rousse.Pour l’instant notre commune est encore très imaginaire. « Si l’on peut obtenir que soit reconnue la commune par telle ou telle autorité, généralement à l’issue d’âpres combats, elle n’a pas besoin de cela pour exister. Elle n’a même pas toujours de charte, et quand il y en a une, il est bien rare que celle-ci fixe une quelconque constitution politique ou administrative. Elle peut avoir un maire, ou pas. Ce qui fait la commune, alors, c’est le serment mutuel prêté par les habitants d’une ville, d’une campagne (ou d’un quartier) de se tenir ensemble. Dans le chaos du XXie siècle en France, la commune, c’est se jurer assistance, s’engager à se soucier les uns des autres et à se défendre contre tout oppresseur. »1

Nous sommes aujourd’hui dans une situation d’urgence sociale, écologique, économique, et nous sommes convaincus que la réponse aux crises actuelles passe par des solutions locales, des initiatives citoyennes libres permettant de penser le monde autrement.

Nous, citoyen-ne-s Croix-Roussien-ne-s, avons décidé de prendre notre destin en main. Nous ne souhaitons pas être les simples consultants de projets à participation symbolique mais être partie prenante à part entière dans le processus de décision concernant le devenir de notre quartier et plus largement l’avenir de notre société. Nous n’accepterons pas les tours de passe-passe de la démocratie-fantôme.

Les jardiniers pirates Artivistes et extravagants

La commune libre

1 A nos amis – Comité invisible – Edition La Fabrique P : 201

photo oliviaboy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s